Analyses

L’intégration progressive des nouvelles technologies est devenue une donnée inéluctable pour les entreprises, c’est ce que l’on a convenu d’appeler le défi technologique.

La mondialisation des marchés créee de nouvelles exigences de production dont une des conditions majeures repose sur la maîtrise de la qualité de réalisation.

La sûreté de fonctionnement de l’appareil de production (absence de dysfonctionnement: le « zéro-panne », le « zéro-défaillance ») devient alors une source importante de gains de productivité lorsque l’on tient compte de facteurs, tels que: la fiabilité, la maintenabilité, la disponibilité, la durabilité, la sécurité et la rentabilité des opérations.

Pour donner à la fabrication l’assurance d’une performance qualité-coût de haut niveau, il faut disposer de moyens parfaitement adaptés et en parfaite condition de fonctionnement.

Les nouvelles pratiques de maintenance industrielle sont au coeur d’une politique de transfert de technologie avancée.

C’est un facteur clé de la mise en place et de la diffusion du savoir-faire technologique et d’une flexibilité accrue de la maind’oeuvre.

Enfin, pour toute industrie que se veut compétitive et efficace, c’est une façon de rentabiliser ses opérations de fabrication au moment d’arrêts momentanés, de pannes de diverses natures ou encore de diminutions de capacité réelle de production.

Définition de la maintenance selon l’AFNOR par la norme NF X 60-010 : ensemble des actions permettant de maintenir ou de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d’assurer un service déterminé. Bien maintenir, c’est assurer l’ensemble de ces opérations au coût optimal.

 

Tous les équipements n’ont pas le même degré d’importance

Il faut donc définir des stratégies les mieux adaptées

Entretenir, c’est subir alors que maintenir, c’est prévoir et anticiper